Second slide
Quel est l'objectif de l'intervention ?

Procédure visant à neutraliser, au sein des oreillettes, les circuits électriques anarchiques responsables de la fibrillation atriale préférentiellement situés au niveau de l’abouchement des veines pulmonaires dans l’oreillette gauche. Le taux de succès est autour de 80 % avec dans 10 à 30 % des cas la nécessité d’une séance de complément.

Comment se déroule l'examen ?

Avant l’examen

Vous recevrez des consignes concernant la poursuite et/ou l’arrêt de vos traitements, en particulier anticoagulant et anti-arythmique. La réalisation d’un scanner cardiaque pourra vous être demandé, auquel cas, nous vous demandons de bien venir avec le CD du scanner le jour de l’intervention. Un bilan biologique, dont l’ordonnance vous sera adressée, devra être réalisé dans les 7 jours précédents la date d’intervention. Cette dernière ayant lieu sous anesthésie général, une consultation auprès d’un médecin anesthésiste sera nécessaire.
L’entrée dans l’établissement se fera la veille de l’intervention ou le jour même selon votre heure de passage. Une dépilation du corps (thorax, dos, aisselle et short) sera nécessaire afin de pouvoir coller au mieux les électrodes sur le thorax et le pansement compressif au niveau du plis de l’aine. Une douche savonnée est demandée dans les 2 h précédant l’intervention. Vous devrez être à jeun, c’est-à-dire de ne pas avoir mangé dans les 6 heures ou bu dans les 2 heures précédant le geste. Attention café au lait, jus de fruit avec pulpe et eau pétillante doivent être stoppés 6 heures avant. Il est possible de mâcher du chewing-gum ou sucer un bonbon jusqu’à l’intervention.

Pendant l’examen

Une fois installé sur la table d’examen, les infirmières vous équiperont des électrodes, patchs et systèmes de surveillance nécessaires au bon déroulement de l’examen. Vous serez endormi par le médecin anesthésiste, assisté d’un infirmier anesthésiste. Une échocardiographie trans-oesophagienne sera ensuite réalisée pour vérifier l’absence de caillot avant de mettre en place les cathéters.
Nous disposons des 2 dernières techniques d’ablation de fibrillation atriale : la radiofréquence à gauche et la cryothérapie à droite sur le schéma.

La radiofréquence :

Via la veine fémorale, située au niveau du plis de l’aine, nous placerons 3 cathéters dans votre cœur. La première étape consistera à reconstruire en 3 dimensions votre oreillette gauche ; l’objectif étant d’avoir une géométrie fine de cette cavité dans laquelle nous déplacerons les cathéters tout en faisant un minimum de rayon X. 
On réalisera ensuite une isolation électrique des zones pro-arythmogène (principalement autour de l’ostium des veines pulmonaires) par cautérisation (autour de 50-60°C). 
L’intervention dure environ 1h30 dont 15 à 30 minutes de cautérisation.

La cryothérapie :

Via la veine fémorale, située au niveau du plis de l’aine, nous placerons 2 cathéters dans votre cœur. Sous contrôle radioscopique, un ballon fortement refroidi (jusqu’à -60°C) sera placé quelques minutes à l’abouchement des veines pulmonaires dans l’oreillette gauche afin de neutraliser les signaux électriques venant de ces dernières responsables des accès d’arythmies.

Après l’examen

Après l’intervention, vous resterez environs 1 h en salle de réveil afin de récupérer totalement de votre anesthésie générale. Le médecin passera vous voir pour vous informer du bon déroulement de la procédure. La sortie se fait le plus souvent le lendemain en fin de matinée.
Un repos d'une dizaine de jour est conseillé dans les suites de l'intervention, u
n arrêt de travail pourra être prescrit si nécessaire.
Le temps de cicatrisation au sein de l’oreillette est d’environ 1 mois, période durant laquelle des palpitations peuvent être ressenties ; ces dernières ne sont pas synonymes d’échec. Il est conseillé d'éviter la pratique sportive de compétition 1 à 2 mois  après l'intervention.

Vous reverrez votre cardiologue traitant 1 à 3 mois après la procédure afin de faire le point sur l’évolution de votre arythmie et d’adapter les traitements si nécessaire.


Quelles sont les éventuelles complications ?

Les potentielles complications sont rares avec une équipe entrainée comme la notre (<2%). Elles peuvent être un hématome au niveau de l’aine ou un épanchement autour du cœur le plus souvent régressifs. Très rarement Il faut ponctionner l’épanchement ou drainer l’hématome. Le reste des événements indésirables (cf feuille de consentement) restent rarissimes : accident cérébral, sténose des veines pulmonaire, paralysie diaphragmatique.

Liens

Dans cette fiche pratique, vous trouverez des informations utiles pour optimiser les chances de succès de votre ablation de fibrillation atriale.